Comme la date de présentation de notre projet avance à grands pas, il fallait commencer à tester différents colorants sur nos cellules. Nous en avions déjà fabriqué quelques unes mais la seule réussie n’était pas composée d’un colorant qui nous intéressait, c’est pourquoi nous nous sommes réunis un mercredi après-midi au CIME nanotech pour fabriquer encore plus de cellules exclusivement avec nos colorants. Pour voir les procédés de fabrications d’une DSSC et avoir des explications sur les principes fondamentaux de son fonctionnement, cliquez ici.

Nous avons fait tremper une dizaine de cellules dans beaucoup de colorants différents. Comme le temps de manipulation était tout de même limité, nous avons dû choisir quelles cellules nous allions monter. Ont été retenus: les myrtilles sous deux formes (fraiches que nous avions extraites dans de l’éthanol et en poudre dissoute dans de l’éthanol), le curcuma (jaune), le E133 (colorant alimentaire bleu), de la chlorophylle extraite d’épinards, les cranberries, la betterave, et le choux rouge.

Mais, ça a été (on peut le dire) la ca-ta-stophe ! Bien plus de la majorité de nos cellules n’étaient pas cellées correctement ce qui signifiait que

20151217_145310
Différentes DSSC (avec les différents colorants cités au début de l’article)

l’électrolyte s’est évaporé ce qui a entrainé le disfonctionnement des cellules. Pas de bol… Après réflexion, les causes principales de notre quasi-échec étaient le manque de temps d’entrainement et la qualité du materiel (qui n’était pas optimal même si nous avons tout de même eu la chance de travailler avec ce type de materiel).

Heureusement, certaines cellules ont été suffisamment étanches pour être testées, comme par exemple la cellule trempée dans la myrtille en poudre. Nous avons mesuré sa caractéristique grâce au SUN1 et nous avons pu en tirer des données que nous utiliserons dans notre poster pour la conférence

20151217_145258
N°4 : DSSC avec le colorant de pourdre syntétique de myrtille

à Singapour. Voici les résultats obtenus pour cette cellule : si nous venions à mettre 8 cellules semblables en série pour former un rectangle, nous aurions besoin d’une surface de 4336 cm² (soit un carré 65,8 cm de coté ce qui peut être comparé à une fenêtre moyenne…) pour recharger une batterie de telephone portable de 1500 mAh et de 3,7V en 2 heures avec une puissance lumineuse de 1000 W/m2.

Cela peut paraître peu en terme de surface mais sachez que les colorants organiques développés en laboratoire sont environ 16 fois plus performants (soit une surface 16 fois moins grandes pour la même recharge).

Bref, un grand effort qui méritait des résultats !

Petit souvenir de vacances
Petit souvenir de vacances

Et puis, parce que nous ne pensons qu’à nos cellules tout le temps et que nous en sommes devenus dépendants, il fallait nécessairement que nous en voyions pendant les vacances afin de combler notre soif, et c’est ainsi que l’heureux hasard nous attira a Lausanne au SwissTech Convention Center de l’EPFL dont une des façades est faite de DSSC! (Eh oui car le professeur Grätzel enseigne là-bas)

 

K.B et D.L.

Publicités