Cela fait longtemps que nous n’avons pas fait d’article, mais nous allons tenter de satisfaire l’appétit scientifique de certains de nos supporters qui nous suivent et qui viennent visiter le blog régulièrement !

Antho2
Modélisation tridimensionnelle éclatée des anthocyanes présentes dans les myrtilles

L’heure fatidique approche, car dans moins de 20 jours deux d’entre nous iront présenter notre projet de recherche à Singapour, alors tandis que certains s’activent sur les pistes de ski, quoiqu’il y ait peu de neige, d’autres s’activent derrière leurs écrans, à analyser, traiter des résultats, à mettre en forme un poster… Ne vous inquiétez pas, nous aussi nous sommes allés skier !

Aujourd’hui je vous présente notre tout nouveau gadget développé pour présenter les molécules que nous avons étudié dans nos colorants. Nous avons donc modélisé en 3D nos molécules, que vous pourrez retrouver si vous le souhaitez sur votre smartphone grâce au code QR ci-contre. C’est très simple, il suffit de téléUnitag_QRCode_1451480315310charger une application de lecture de codes QR, sur le playstore si vous êtes sur android, ou sur l’appstore si vous avec un IPhone. Ensuite, scannez le code, et laissez-le vous rediriger vers un site web mobile, où vous trouverez les représentations de nos molécules !

La description est en anglais, puisque ce gadget sera sans doute utilisé lors de notre présentation à Singapour, mais je suis sur que vous vous souvenez tous très bien de vos cours d’anglais de lycée. Au cas où, vous pouvez aller sur larousse.fr si vous avez des lacunes, mais je suis sur que ce ne sera pas nécessaire.

Histoire d’avoir un peu de contenu scientifique, je vais vous expliquer pourquoi les représentations moléculaires en 3D nous intéressent tant que ça !
Dans nos cellules solaires (DSSC), nous avons besoin d’un colorant, qui permet de capter les photons de la lumière incidente et permettre à terme le mouvement des électrons et la création d’un courant électrique. Ce colorant doit pouvoir aisément se fixer sur le semiconducteur, le dioxyde de Titane, et il peut le faire de trois manières différentes (voir figure ci-dessous). Ainsi, grâce soit à un groupement carboxyle (-COOH), ou grâce à deux atomes d’oxygène liés tous deux à un même carbone, le colorant pourra venir se fixer sur l’atome de Titane du semiconducteur.
Nous nous sommes donc intéressé à regarder les structures moléculaires des molécules, afin de savoir comment elles se fixaient sur le semiconduteur, puisqu’il est indispensable qu’elles soient fixées à lui si on veut qu’il y ait un courant produit par notre cellule.

Capture
Différentes liaisons entre le colorant et le semiconducteur, extrait de l’article « Vegetable-based dye-sensitive solar cells », publié en 2015 par la « Royal Society of Chemistry »

 

En espérant que ce petit article sur nos représentations tridimensionnelles aient satisfait votre appétit. 😉

L.D.

Publicités